Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 07:53

On a découvert une 4e planète habitable

 
Une équipe internationale d'astronomes a annoncé jeudi 2 février, la découverte d'une quatrième planète habitable hors du système solaire selon le site Dawn.com.
Répondant au doux nom de GJ 667Cc, la petite nouvelle à une masse au moins 4,5 fois plus importante que celle de la Terre. Située à 22 années-lumière de notre planète bleue, soit pas moins de 208 milliards de kilomètres, elle est ce qu'on appelle une «exoplanète» puisque, contrairement à la Terre, elle ne tourne pas autour de l'étoile Soleil mais autour de l'étoile GJ 667C.
«La nouvelle planète rocheuse, GJ 667Cc, tourne autour de son étoile, tous les 28,15 jours ce qui signifie que son année équivaut à environ un mois terrestre.»
De classe M, GJ 667C est donc une étoile «naine», ce qui pourrait remettre en cause son caractère habitable selon l'AFP.
«Certains experts se sont montrés sceptiques sur le fait que les étoiles naines de classe M pourraient soutenir des planètes qui accueillent la vie parce qu'elles sont trop faibles et ont tendance à avoir beaucoup d'éruptions solaires qui pourraient envoyer des radiations mortelles pour les planètes proches.»
Si GJ 667CC reçoit un peu moins de lumière que la Terre, elle compense en absorbant plus de chaleur. La déclaration de Guillem Anglada-Escudé, qui dirigeait l'équipe de recherche, relayée par le site de la RTBF, nous apprend qu'elle pourrait constituer une terre d'accueil pour l'Homme.
«C'est la nouvelle meilleure candidate sur laquelle on pourrait trouver de l'eau sous forme liquide et, possiblement, la vie telle que nous la connaissons.»
L'AFP précise que la théorie selon laquelle la température y serait assez élevée pour que l'eau soit à l'état liquide, ne pourra être certifiée par les astronomes qu'après l'étude de l'atmosphère de la planète. Le site rappelle que cette «super-Terre» rejoint les tout aussi habitables planètes Gliese 581d , HD85512b et Kepler 22b découvertes (...) Lire la suite sur Slate.fr
Repost 0
Published by dimitribowen
commenter cet article
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 07:52

Les photos perdues qui auraient changé l'Histoire

 


La CIA a-t-elle tué Robert Kennedy? Pourquoi le film original du premier pas sur la Lune a-t-il été supprimé? Qui aurait eu intérêt à étouffer le 1er vol motorisé de l'histoire de l'aviation?
Evan Symon de Cracked revient sur l'histoire de cinq photos ou vidéos qui auraient pu renverser le cours de l'Histoire... Si elles n'avaient pas disparu.
Parmi elles, le film des premiers pas sur la Lune, qui font déjà l'objet de nombreuses suspicions. «Je sais ce que vous pensez, avertit Evan Symon. On a tous vu le film de l'atterrissage sur la Lune. Comment peut-il être perdu? Eh bien la version que nous avons est une copie vraiment pourrie, comme si la seule copie de Star Wars qui subsistait était un enregistrement VHS minable de la version télé. La version originale en haute qualité est perdue pour toujours.»
Dans la catégorie des photos qui auraient pu changer l'histoire si elles avaient existé, Evan Symon mentionne celle qu'ont peut-être pris les Britanniques George Mallory et Andrew Irvine en haut de l'Everest, vingt-neuf ans avant la première ascension officielle. Des témoins ont déclaré avoir vu deux points noirs au sommet de la montagne, dont ils ne sont jamais redescendus. Seul le corps de Mallory a été retrouvé... C'est malheureusement Irvine qui portait l'appareil photo.
Autre disparition notoire, celle d'une photo de l'assassinat de Robert Francis Kennedy (frère de JFK), après sa victoire à l'investiture démocrate en Californie, en 1968. Le seul photographe à avoir capturé l'instant précis où les coups de feu fatals ont été tirés était un jeune garçon de 15 ans, Jamie Scott Enyart. Dans le chaos qui a suivi la scène, la pellicule lui a été confisquée par la police de Los Angeles pour être mise sous scellés, avec d'autres preuves matérielles, pendant vingt ans. Passé ce délai, Scott Enyart demande à avoir accès à ses clichés, qu'il n'a jamais vus. Les responsables de archives déclarent (...) Lire la suite sur Slate.fr
Repost 0
Published by dimitribowen
commenter cet article
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 07:51

Les risques d'une attaque israélienne contre l'Iran

 


L'Iran a annoncé mercredi 16 décembre avoir testé un nouveau missile d'une portée de 2 000 kilomètres capable de toucher Israël.

- -
L'Iran a annoncé par la voie de a télévision officielle le test mercredi 16 décembre dans la matinée d'un missile à longue portée. Il s'agit selon les médias iraniens d'un missile amélioré de type «Sejil 2» dont la portée est supérieure à 2000 kilomètres ce qui lui permet de toucher Israël et les bases américaines dans le Golfe persique.
L'essai intervient juste au lendemain d'une déclaration du chef des renseignements militaires israéiens selon lequel Téhéran est aujourd'hui très prêt d'une «percée technologique» qui lui permettra de construire une bombe atomique. Selon le général Amos Yadlin, l'Iran a aujourd'hui suffisamment de matière fissile pour construire une tête nucléaire et est prêt d'être capable de la fabriquer.
Cette déclaration et la montée des tensions depuis plusieurs semaines entre l'Iran et les pays occidentaux sur le programme nucléaire de la République islamique relance la crainte d'une intervention militaire israélienne. Nous republions un article de notre correspondant en Israël Jacques Benillouche sur les risques militaires et politiques d'une telle opération.
Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a été explicite lors de son intervention à la tribune de l'ONU: «Le défi le plus urgent à relever est d'empêcher les tyrans de Téhéran d'acquérir des armes nucléaires». Les iraniens ont reconnu qu'ils développaient une deuxième usine d'enrichissement d'uranium près de Qom et qu'ils ont acquis la technologie pour fabriquer des matières fissiles nucléaires. Leurs services de recherche travaillent par ailleurs en collaboration avec les Nord-Coréens pour la fabrication de missiles de longue portéedestinés à transporter les ogives nucléaires.
Le gouvernement israélien, s'il prenait la décision politiquement très lourde de conséquences, d'une intervention militaire en Iran, devrait aussi assumer des risques militaires et opérationnels considérables. Il est face à trois difficultés purement militaires considérables:
  • Déterminer les sites devant faire l'objet d'une frappe militaire.
  • Définir les moyens appropriés pour leur destruction.
  • Développer les capacités de renseignement.

Les trois sites visés
Si Israël frappe l'Iran, il devra le faire vite car il ne peut attendre que l'Iran améliore son système de défense aérienne, parvienne au terme de la fabrication et du développement de ses missiles à longue portée et réussisse à mettre au point des armes à l'uranium. Les experts militaires israéliens ont ciblé les trois sites principaux à détruire. Chacun d'entre eux a une fonction très précise complémentaire et leur neutralisation porterait au moins un coup psychologique fort aux rodomontades du pouvoir iranien et à Mahmoud Ahmadinejad. Il s'agit de Natanz avec ses centrifugeuses, Bushehr avec son réacteur nucléaire à eau légère et Arak avec son réacteur à eau lourde. Ces trois sites constituent le trépied du programme nucléaire iranien.
Les centrifugeuses de Natanz sont profondément abritées en sous-sol et protégées en surface par des missiles russes sol-air de courte portée, de type TOR-M. Cette usine produit de l'uranium faiblement enrichi qui permettrait à l'Iran selon des experts israéliens et américains de fabriquer des armes nucléaires aux environs de 2010.
Les experts hésitent à se prononcer sur la capacité des Israéliens à créer des dommages irréversibles au site de Natanz car les usines sont profondément enfouies dans le sous-sol à moins qu'Israël n'utilise les bombes GBU-28 fournies récemment par les Américains. Certains suggèrent cependant que l'Etat juif dispose dans son arsenal de bombes propres à variante nucléaire capable de faire exploser les galeries souterraines situées à plusieurs centaines de mètres de profondeur et pouvant pallier l'inefficacité éventuelle des bombes américaines. Mais le secret militaire reste bien gardé.
La destruction de Natanz pourrait entrainer un retard de plusieurs années sur le programme militaire iranien ce qui semble être l'objectif minimum recherché par Israël. Mais la proximité de certaines usines et d'agglomérations habitées par de nombreux civils pose le grave problème des dégâts collatéraux. Israël assure que ses armes électroniques sont suffisamment précises pour éviter d'atteindre les populations. Rien n'est moins sûr.
Bushehr est une centrale nucléaire construite par la Russie à des fins de production de plutonium. Elle n'est pas encore opérationnelle bien qu'elle ait été chargée en combustible cette année. Les Russes, qui s'attendent à une confrontation israélo-iranienne, ont déjà prévu des nouvelles livraisons de matériel de protection pour pallier toute attaque par les airs. En s'attaquant à cette centrale, Israël prend le risque d'une confrontation avec la Russie qui pourrait se sentir visée. Netanyahou a anticipé les éventuelles critiques en se rendant en secret à Moscou pour négocier une sorte de neutralité russe.
L'installation d'Arak dispose d'un système de protection efficace mais le risque attaché à ce réacteur ne pendra effet qu'en 2011, date opérationnelle prévue par les Iraniens pour la production de plutonium enrichi.

Stratégie militaire
Pour des raisons de sécurité, les Iraniens ont dispersé leur capacité de production dans  plusieurs régions et des bâtiments civils, servant de stockage, compliquant la tâche israélienne en cas de frappe. Les experts doutent donc de la capacité d'Israël à renouveler l'exploit de la destruction du réacteur irakien Osirak en 1981.
Les militaires ont à résoudre le problème fondamental de l'éloignement des sites visés des bases aériennes israéliennes. Ils savent qu'ils ne pourront disposer d'aucune aide de la part des Américains qui désapprouvent par avance l'opération et qui ne veulent pas subir les foudres de leurs alliés arabes.
La distance à parcourir par les avions de chasse, conçus pour de faibles distances, constitue un blocage technique car les cibles potentielles se situent entre 1.500 et 2.300 kilomètres de la frontière israélienne et le ravitaillement en vol à lui seul ne résout pas tous les problèmes. L'Iran, qui se sait menacé depuis plusieurs années, a conçu des systèmes de protection de ses usines, a éparpillé ses programmes nucléaires en différents lieux et a même développé des systèmes de remplacement, des «backup», en cas de frappe militaire. L'existence d'un nouveau site d'enrichissement près de Qom suffit à le démontrer.
Une attaque pourrait retarder le programme nucléaire comme le souligne le Secrétaire à la défense américain Robert Gates mais serait dans l'impossibilité de le stopper. Par ailleurs les Américains ont alerté les Israéliens sur le fait que le survol de pays arabes entrainerait leur réprobation et que leur action serait condamnée fermement à la fois par les pays arabes modérés, même s'ils en seraient peut-être officieusement satisfaits, par la Russie, la Chine et la majorité des pays européens. Cela n'inquiète pas outre mesure Israël qui n'a pas l'habitude de tenir compte des mises en garde quand son existence est menacée. Il existe un consensus en Israël sur le fait que l'émergence d'un Iran nucléarisé avec le régime actuel à Téhéran est une menace mortelle.
Israël dispose d'avions de combat, de capacités de ravitaillement en vol et d'armes de précision téléguidées air-sol permettant une frappe des cibles repérées. Il a prévu de contourner les défenses aériennes de ses voisins arabes qui d'ailleurs ne prendraient sans doute pas le risque de s'attaquer à l'aviation israélienne. Aucun chasseur par exemple n'a été engagé par la Syrie lors de la destruction de son usine nucléaire en septembre 2007. Mais des indiscrétions israéliennes expliquent cette neutralité par une arme secrète qui s'attaque aux radars pour les rendre aveugles et inopérants.
Israël s'exerce depuis longtemps à tester ses capacités d'intervention à longue distance. Trois F-15 ont couvert en août 2003 une distance de 2.600 kilomètres jusqu'en Pologne après ravitaillement en vol. Une escadrille d'avions israéliens a procédé en mai 2009 à des exercices pour les mener sans escale jusqu'à Gibraltar, située à 3.800 kms des bases, bien au delà de la distance nécessaire pour atteindre les cibles iraniennes.
Israël est aujourd'hui en mesure de lancer trois escadrons d'avions de combat, protégés par des chasseurs d'escorte, capables d'agir en une seule série de frappes contre l'Iran. Les outils de contremesures électroniques peuvent neutraliser ou annihiler les défenses ennemies. Les militaires, assez optimistes, considèrent que leurs pertes seraient minimes en cas d'obstruction due à l'action de missiles sol-air iraniens dont l'efficacité serait limitée grâce à leurs leurres électroniques sophistiqués.

Capacité de renseignements

Les observateurs ignorent si Israël réussira à détruire l'installation souterraine blindée de Natanz d'autant plus que l'Etat juif ne dispose pas d'outil de mesure des dégâts occasionnés. Par ailleurs, ses services de renseignements peu efficaces dans la région, sont à la recherche des sites non encore répertoriés avec l'inquiétude de ne pouvoir les atteindre. La surprise de l'annonce d'une nouvelle usine à Qom est éloquente en la matière. La menace d'Israël se précisant, beaucoup d'installations secrètes sont construites et échappent au contrôle des satellites d'observation. La détention de l'arme nucléaire ne suffit pas à elle seule. Elle est doublée par des usines de construction de missiles à longue portée nécessaires pour transporter une ogive nucléaire. Ces usines portent à une douzaine le nombre de cibles qui devraient être traitées par l'armée israélienne.
L'Etat juif est cependant limité dans son potentiel militaire. Quelle que soit sa force, il n'atteindra jamais la capacité de frappe massive des Etats-Unis tandis que ses lacunes sur le plan du renseignement risquent de ne pas lui permettre d'évaluer avec précision les dommages causés par ses frappes. Le Mossad aura fort à faire pour améliorer les moyens de vision d'Israël. Il devra être constamment à la recherche de toutes les nouvelles cibles résultant de la dispersion des unités de production iranienne.
En raison de leur éloignement, toutes ne pourront pas être visées lors de la première frappe et la sélection s'impose donc. Israël concentrera ses attaques sur un nombre limité de cibles quitte à recommencer, plus tard, si le besoin se faisait sentir. Mais il ne pourra pas toujours compter sur la neutralité de ses voisins arabes si l'opération venait à se reproduire et il ne pourra pas axer sa stratégie uniquement sur les faiblesses supposées de la défense iranienne. La solution à court terme viendrait de la mise au point d'un missile de longue portée israélien suffisamment précis pour être capable de toucher ses cibles sans le recours à l'aviation. Les chercheurs de Tsahal sont sur la brèche.
Jacques Benillouche
A lire également: Pourquoi Israël attaquera l'IranLa technologie des missiles iraniens est ancienneQue faire avec l'Iran? par Jean-Marie Colombani, Comment Ahmadinejad a truqué les élections et Iran: la résistance nargue sans cesse Ahmadinejad.

Image de Une: Lancement d'un missile iranien à longue portée depuis le centre de l'Iran  Reuters
Repost 0
Published by dimitribowen
commenter cet article
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 07:50

La Joconde a une soeur jumelle !

 


Une découverte qui fait grand bruit dans le monde de l'art, en effet le musée du Prado en Espagne vient d'annoncer la découverte d'une autre Joconde. Un "double" de Mona Lisa, qui aurait été réalisé en même temps que celle résidant au Louvre.
La Joconde a de nombreuses fois été copiée, imitée, parodiée, détournée. Mais ce que tout le monde ignorait, c'est que Mona Lisa, la vraie, pouvait en cacher une autre. C'est en tout cas ce qu'affirme le musée du Prado en Espagne et relayé par le Journal des arts britannique ce mercredi. Et le plus troublant viendrait du fait qu'elle ait été peinte au sein même de l'atelier de Léonard de Vinci, à la même époque.
Comment a t-on pu passer à côté de cette découverte ? Tout simplement parce que les experts pensaient qu'il s'agissait là d'une énième copie de la Joconde, réalisé par un peintre flamand par exemple. Mais c'est en restaurant le tableau, plus précisément en nettoyant la couche sombre de l'arrière plan que la datation a pu se faire. En effet, le paysage toscan derrière Mona Lisa est extrêmement semblable à celui du maître, rapporte Le Point.
Pour confirmer leurs doutes, les experts ont passé au laser infrarouge le tableau afin de percevoir les dessins sous-jacents à la couche picturale. Le fait est là, ils sont identiques à la Joconde du Louvre. On suppose alors que l'oeuvre a été réalisée par Andrea Salai ou Francesco Melzi, les deux favoris de Léonard. De nombreuses questions autour du tableau pourront sûrement trouver réponse grâce à la Joconde du Prado, qui est en bien meilleure état que celle du Louvre. Les Parisiens pourront admirer les deux sourires de Mona Lisa au Louvre à la mi-mars lors de l'exposition prévue sur le génie italien.  

Retrouvez cet article sur Gentside.com
Cet artiste a transformé la Lune !
La fin du monde n'est pas en 2012, mais dans 72 milliards de milliards de milliards d'années
Le saviez-vous? George Washington aurait dû être ressuscité
Deux jumelles indonésiennes séparées à la naissance se retrouvent... en Suède
la joconde
Repost 0
Published by dimitribowen
commenter cet article
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 07:48

La guerre entre Israël et l'Iran a déjà commencé

 


Le principal réacteur de la centrale nucléaire iranienne de Bushehr. REUTERS/Raheb Homavandi
Israël, partagé entre les partisans d'une attaque et ceux qui prônent la réserve, joue la comédie; la guerre contre le programme nucléaire iranien a bel et bien commencé, affirme le journaliste Yossi Melman du quotidien israélien Haaretz. S'il n'est pas déclaré en tant que tel, le casus belli se veut plus implicite, impliquant sans doute une collaboration entre services secrets israéliens et forces de l'opposition en Iran.
C'est une guerre de l'information, laquelle est distillée par les services d'intelligence militaire et économique des deux pays. Israël, aidé par les services secrets occidentaux, estime que d'ici 2012, l'Iran pourrait acquérir une capacité réelle d'un essai nucléaire, notamment après lamise en fonction future de la centrale de Bouchehr. Après l'assassinat de certains spécialistes iraniens du nucléaire, l'apparition du virus Stuxnet s'attaquant aux centrifugeuses de Natanz qui enrichissent l'uranium et deux explosions, dont une près de Téhéran qui a causé la mort du général Hassan Tehrani Moqaddam, une des figures-clé du programme de missiles balistiques, le soupçon s'est porté sur l'intelligence israélienne.
Toutefois, en plus «de la supposition selon laquelle des services de renseignements étrangers initient, dirigent et exécutent les opérations secrètes», cette «sorte de sabotage requiert une certaine sophistication, des ressources financières et technologiques, des agents et une intelligence précise» et il est «peu probable que ces opérations aient réussi sans un soutien en interne, c'est-à-dire des individus ou des groupes prêts à saboter le régimes des ayatollahs», désignant les différentes minorités ethniques qui composent l'Iran.
Jacques Bénillouche, dans son article «Iran: la guerre secrète marque des points contre le programme nucléaire» soulignait en novembre qu'à la suite des explosions, dont celle à 46 km de Téhéran, la piste«privilégiée par les enquêteurs iraniens, qui serait hautement plus critique pour le régime, consisterait à incriminer un ou plusieurs agents de la CIA ou du Mossad, infiltrés parmi les techniciens pour programmer l’ordre d’explosion».
Photo: Le principal réacteur de la centrale nucléaire iranienne de Bushehr. REUTERS/Raheb Homavand
Repost 0
Published by dimitribowen
commenter cet article
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 07:43

Israël pourrait attaquer l'Iran au printemps

 

Chasseur F15 de l'aviation israélienne REUTERS
Slate.fr détaillait il y a peu les tensions grandissantes entre Israël et l’Iran autour de la question du nucléaire. Mais la situation pourrait s’avérer encore plus préoccupante. D’après le Washington Post, le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta estimerait qu’une frappe aérienne israélienne contre les installations iraniennes pourrait être menée dès le mois d’avril.
«Pour Panetta, il existe une forte probabilité qu'Israël attaque l'Iran en avril, mai ou juin, avant que l'Iran n'entre dans ce que les Israéliens qualifient de "zone d'immunité" pour commencer à assembler une bombe nucléaire (…). Très prochainement, redoutent les Israéliens, les Iraniens auront stocké suffisamment d'uranium enrichi, et seuls les Etats-Unis pourraient alors les stopper militairement.»
Les Israéliens ont repoussé un exercice militaire conjoint avec l’armée américaine qui devait se dérouler au printemps prochain, ce qui constitue un des indices d’une attaque, toujours selon le quotidien américain. Néanmoins, ajoute-t-il, l’hypothèse d’un raid israélien ne serait pas approuvée par les Etats-Unis, ce qui conduirait Israël à agir seul:
«"Vous restez sur le côté et vous nous laissez faire", aurait déclaré un officiel israélien  aux Etats-Unis. Un scénario de "guerre courte" se dessine, avec environ cinq jours de frappes israéliennes limitées, suivies d’un cessez-le-feu négocié sous l’égide des Nations unies. Les Israéliens reconnaîtraient par ailleurs que les dommages causés au programme nucléaire pourraient être modestes, nécessitant une autre frappe dans quelques années.»
Photo: Chasseur F15 de l'aviation israélienne REUTERS
Repost 0
Published by dimitribowen
commenter cet article
24 décembre 2011 6 24 /12 /décembre /2011 06:13

Les livres d'école et lycées , nous pourrons les avoir aussi dans les ordinateurs connectés pour un téléchargement payant et les élèves les étudient tranquillement à la maison.

On se connecte sur le site, on tape son code obtenu à l'établissement en payant les frais exigibles, on le telecharge les livres scolaires, on les garde et on les utilise désormais sans pression dans son ordinateur...

Les élèves paient seulement 5.000 Fcfa de plus sur les frais exigibles pour avoir un code que l'on tape sur internet pour avoir les livres.

On peut avoir les pages Facebook, Twitter et autres pour la promotion du projet

Dimitri Mbouwe 

Repost 0
Published by dimitribowen
commenter cet article
17 décembre 2011 6 17 /12 /décembre /2011 05:48

 

Cameroun : Eto'o suspendu 15 matches en sélection

Cameroun : Eto'o suspendu 15 matches en sélection

 

17-12-2011 06:14:17

 

Samuel Eto'o suspendu 15 matches avec le Cameroun pour incitation au boycott

Le capitaine de football du Cameroun, Samuel Eto'o, a été suspendu pour quinze matches pour avoir incité ses coéquipiers à boycotter un match amical international en Algérie en novembre, a annoncé vendredi la Fédération camerounaise. 

Le capitaine adjoint, Eyong Enoh Takang, a écopé pour sa part de deux matches de suspension, Les deux joueurs ont dix jours pour faire appel.

dimitri Mbouwe

 

Repost 0
Published by dimitribowen
commenter cet article
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 16:53

Johnny "ne pense pas être un pédé" : "C'était de l'humour et c'est raté"

Johnny Hallyday "ne pense pas être un pédé", c'est lui qui le dit.

Dans la séquence La boîte à questions du Grand Journal de Canal+, lundi soir, une téléspectatrice demande "Qui est le plus vrai mec ? Johnny Hallyday ou Alain Delon ?". Le chanteur répond, amusé : "Alain Delon, c’est un vrai mec de toute façon. Je pense pas être un pédé moi non plus, bon…". 

Voir la vidéo :

 

Une "petite scène d’homophobie ordinaire, à une heure de grande écoute, à la télévision française" pour le site Internet gay et lesbien Yagg

Canal+ indique à Voici que le rockeur est "responsable de ses propos" et a "validé la séquence". Elle rappelle notamment la programmation de la Nuit gay.

Un élu socialiste de Bordeaux a par ailleurs qualifié d'"homophobe" la sortie de Johnny, demandant au passage au maire de la ville, Alain Juppé, de rompre la convention de mise à disposition du stade Chaban Delmas où doit se produire le chanteur en 2012.

Mercredi matin, deux jours après la diffusion des images, Johnny Hallyday s'est dit "désolé" dans un communiqué rapporté par TF1. "Je n'ai voulu choquer personne et je suis désolé pour ceux qui auraient pris cela comme une provocation. C'est parti sans mauvaise intention de ma part, comme un mauvais jeu de mot... C'était de l'humour et c'est raté !", explique le chanteur. 

Retrouvez cet article sur LePost.fr

Réagissez à l'info : Johnny 'ne pense pas être un pédé' : 'C'était de l'humour et c'est raté' dit Hallyday 

Que dit Vladimir Poutine à Johnny Hallyday, dont la prochaine tournée passera par Moscou ?
Quels souvenirs gardez-vous des années 70? 
Quand Johnny Hallyday apporte son soutien à DSK
Que dit Nicolas Sarkozy à François Cluzet et Omar Sy, qu'il invite à dîner à l'Elysée après le succès d''Intouchables' ?
Inscrivez-vous à la newsletter du Post.fr

Repost 0
Published by dimitribowen
commenter cet article
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 10:09

 

   



Repost 0
Published by dimitribowen
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de dimitribowen
  • : science,technologie,mode,sport,nature,sexe,santé,travail
  • Contact

Recherche

Liens